« Ateliers de Création Urbaine » at Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France, Paris

SHARE:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+Pin on Pinterest

May 28, 2014

Beatriz Ramo participates at the seventh session of the « Ateliers de Création Urbaine » on the topic: «Quand les étudiants imaginent l’Île-de-France de 2030…»

Text from website of the « Ateliers de création Urbaine »:

Nés en 2007 à l’initiative du Conseil Régional d’Île-de-France, les Ateliers de création urbaine permettent de croiser les points de vue d’étudiants de différentes écoles sur leur vision prospective de la Région de 2030, et de les confronter aux regards de professionnels, d’experts et d’élus.

Chaque année, des étudiants en urbanisme, architecture, design, commerce ou encore sciences politiques, donnent  à voir des futurs possibles de la ville et de la société de demain. Leurs propositions, des plus raisonnables aux plus provocantes, sont un réservoir d’idées qui enrichit la culture d’innovation urbaine de la Région.


Comité d’experts,  matin

– Équipe LIN : Fabienne Boudon
– Équipe Bres & Mariolle : Marine Linglart
– Équipe STAR : Beatriz Ramo
– IAU Yann Watkin et Martine Liotard
– AIGP Isabelle Bertrand et David Malaud
– DPASM Alexandra Rossi, Aurélie Paquot et Jacqueline Samulon

9h30 : Introduction et accueil
9h40 : Université de Marne-la-Vallée, Master Génie urbain durable
L’école travaille principalement sur Gennevilliers
Tenants d’une approche pluridisciplinaire de la ville et de ses transformations, les étudiants de l’Université de Marne-la- Vallée ont pour ambition de renouveler la typologie des lieux de transformation, en faisant émerger, à partir de critères précis, des espaces stimulants, des espaces effrayants et des espaces latents.

10h50 : Sciences-Po Paris, cycle urbanisme
Comment éviter que les nouveaux pôles de développement induits par le Grand Paris ne génèrent, en périphérie, de nouveaux territoires délaissés ? Avec, en arrière plan, la question de l’accès à l’emploi, les étudiants de Sciences-Pô souhaitent repérer, au-delà de ces nouveaux centres de vie, les espaces capables d’accueillir de la régénération urbaine.