Small Interview for the Ville de Paris

SHARE:Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInGoogle+Pin on Pinterest

December 18, 2013

Beatriz Ramo answered 3 questions for the website of Ville de Paris about the Atelier International du Grand Paris and about the last contribution of STAR & MONU/BOARD for the mission “Systèmes Métropolitains” : La Légende du Grand Paris ou Comment Paris est Devenu Grand.

3 questions à Beatriz Ramo.

-Est-ce que vous pouvez expliquer votre travail à l’Atelier International du Grand Paris ?

Après un an passé au sein du conseil scientifique, si nous regardons en arrière je pense que notre travail à l’AIGP a été de faire ce que les architectes ayant passé 25 ans à étudier la métropole ne peuvent plus faire. C’est à dire : regarder les choses pour la première fois, et ainsi découvrir de nouveaux chemins en d’autres ‘lieux’, activer des potentiels latents mais cachés, proposer des idées avec plus de liberté, sans préjugés ou tout autre forme d’intérêt. Cela nous à permis d’offrir une vision complémentaire –non pas contradictoire- à celles des autres équipes, qui ont par ailleurs beaucoup apprécié notre approche.

Pour nous le travail a l’AIGP représente quelque chose de remarquable et de significatif, qui me rappelle uniquement des moments comme les CIAM[1], ce groupe d’architectes qui eut la vocation de travailler ensemble pour améliorer les conditions de la ville – initiatives que ne se produisent plus dans le contexte hyper capitaliste et compétitif d’aujourd’hui, et cela rend même  l’AIGP quelque peu idéaliste.

Le travail de recherche des 15 équipes de l’AIGP a été divisé en deux sujets. Le premier, lié à la problématique du logement dans le Grand Paris –auquel nous avons répondu avec la « Co-Résidence », une proposition alternative d’habiter basé sur un idéal contemporain, le partage. Le second, posait la question de l’identité, du récit et de son articulation avec le territoire du Grand Paris. À cette question, plutôt que de répondre avec des propositions urbaines concrètes et des cartes analytiques, nous avons écrit une ‘légende’, qui depuis un future possible, raconte de manière historique mais sans véracité l’évolution de Paris jusqu’ à devenir Grand Paris. Le format de la légende nous a donné précisément la liberté de dire beaucoup: de poser certaines critiques, de montrer l’absurde, de passer outre les préjugés, de dénoncer sans pointer du doigt … de rester en position de ‘narrateur externe’ en même temps que nous écrivions ce scénario très concret.

 

-Vous proposez un scénario très novateur pour le futur du Grand Paris, est-ce que vous pouvez nous le décrire ?

Notre légende à pour titre : La Légende du Grand Paris ou comment Paris est devenu ‘Grand’. L’histoire se base uniquement sur des éléments réels mais observés d‘un autre point de vue, tantôt optimiste, tantôt innocent, métaphorique, passé, exagéré, utopique…ou même si extrêmement réel qu’ils en deviennent incroyables.

Ici Paris est présenté comme une Île, le périphérique est perçu par les parisiens comme étant leur propre système de défense extérieur, ce qui n’est pas très loin de la réalité d’ailleurs. La Banlieue, lieu encore mythologique, qui devient ensuite le ‘Bon Lieu’ est finalement découvert par une expédition secrète formée de parisiens rebelles. Après cette découverte, tous les parisiens rêvent de vivre dans une ‘Cité’ pour vivre en ‘grand’ et ‘ensemble’. C’est alors que d’intenses échanges se créent avec le ‘Bon Lieu’, certains groupes de parisiens prennent peur et partent à la recherche d’une version plus authentique de Paris. Celui-ci devient alors de plus et plus petit… allant jusqu’à disparaître complètement…ou bien au contraire…jusqu’à devenir Grand Paris.

 

-Est-ce que vous pensez que votre scénario est de la science-fiction ou est-ce qu’à l’inverse il pourrait bien être matérialisé ?

Si on prend l’histoire littéralement, elle peut sembler irréelle -utopique pour certains, dystopique pour d’autres- mais seulement dans son déroulement. En effet, la fin vient prouver que le futur de Paris ne se trouve pas à Paris, mais bien en dehors, en Banlieue. Alors l’histoire est plus proche d’une parabole ou d’une métaphore filée que de la science-fiction. Si on observe comment Paris ne s’est pas développé depuis des dizaines d’années cela constitue déjà une forme de croissance à l’inverse ou de diminution. Autrefois les Grands Ensembles étaient porteur d’un certain idéal et notre histoire montre que malgré tout ils sont encore des lieux avec des potentiels énormes. Mais c’est vrai que si l’on regarde simplement la relation actuelle qu’entretient Paris à sa Banlieue, cela ressemble à des éléments de science-fiction.

Nous avons essayé de montrer que pour faire Grand Paris il ne s’agit pas de faire Paris plus grand en terme de taille, mais plus ‘Grand’, de faire de lui une ‘ville’ plus sublime que lui même. Et cette histoire espère rendre plus beau et plus intelligible ce rêve d’un Grand Paris.

 


[1] Le Congrès International d’Architecture Moderne – CIAM fut une organisation fondée en 1928 et qui pris fin en 1959, responsable de l’organisation de congrès tenus par les architectes les plus pertinents, et ayant comme l’objectif de discuter et de diffuser les principes du Mouvement Moderne et de promouvoir l’architecture comme forme d’art social.